Numéro français:
Téléphone international:

L'hypertension artérielle définition, causes, symptômes et prévalence

Définition générale de l'hypertension artérielle  

Pathologie cardiovasculaire, la définition de l'hypertension artérielle (HTA) se place dans la lignée de ces des maladies cardioneurovasculaires courantes. Constituant une pression artérielle plus élevée que la normale, les causes de l'hypertension seront multifactorielles, et la maladie de façon intrinsèque s'articulera de façon chronique ou aiguë, avec ou sans gravité. 

Elle se caractérise entre autres de par une pression artérielle systémique systolique supérieure à 140 mmHG. La tension devra être mesurée sur une personne allongée ou assise, ayant eu au préalable un repos de plusieurs minutes, dans l'optique de refléter la tension et la pression réelle.

Pour évoquer de façon crédible la HTA, une consultation médicale périodique sera nécessaire en vue d'établir un cas avéré d'HTA. Des valeurs systoliques élevées seront donc le signe de la pathologie. La mesure de ces valeurs sera exprimée de plusieurs manières, généralement en centimètre voire millimètre de mercure autrement (Hg).

S'il n'y a pas de statistiques exhaustives niveau épidémiologique, l'augmentation du nombre de patients et de victimes reste au cœur des préoccupations, l'alimentation et son évolution seront avancées comme principaux facteurs.

Zoom sur les symptômes de l'hypertension artérielle

La symptomatologie clinique de l'HTA reste assez connue. Les hypertendus en majorité n'auront que peu de symptômes, il faudra des examens cliniques pour mettre en avant l'hypertension. Concernant les symptomatologies cliniques elles mettront en évidence la répercussion de la tension élevée organique, de facto seront rencontrées à diverses prévalences :

  • Céphalées caractérisant souvent une hypertension aiguë.
  • Acouphènes, ou phosphène, qui sont de part et d'autre des sifflements auditifs, et une perception inhabituelle de points lumineux.
  • Épistaxis, hématurie, dyspnée, asthénie, ou palpitations seront d'autres aspects plus ou moins courants.
  • Saignements de nez.

D'autres signes pourront être évocateurs d'une causalité pathologique, l'affection nasale avec la Maladie de Cushing, des palpitations dans l'optique de phéochromocytome qui est une affection tumorale maligne ou bénigne des cellules chromaffines par exemple.

Article associé: Micardis (Telmisartan) en 20mg et 40mg : le meilleur prix en ligne en France

Les symptômes résultent globalement de l'élévation de la tension artérielle sur un corps humain qui peine à y faire face. Par essence il est donc essentiel qu'en cas de signes évocateurs le patient consulte le médecin.

Qu'est-ce que l'hypertension intracrânienne ?

Si de nombreuses causes existent, de nombreuses pathologies sont aussi connues. L'hypertension intracrânienne ou HIC voire HTCI en est une. Syndrome clinique mettant en évidence une pression excessive à l'intérieur de la boîte crânienne, l'HIC sera caractérisé par une augmentation physiologique des compartiments intracrâniens. Dans les cas évoqués, le parenchyme cérébral pourra être touché avec une manifestation clinique type œdème voire une tumeur. Les volumes sanguins cérébraux et cérébrospinaux (hydrocéphalie) seront d'autres manifestations.

La cause de cette pathologie particulière reste tumorale, néanmoins des hématomes ou une turgescence infectieuse ou traumatique peuvent en être à l'origine. Il est à noter enfin qu'en absence globale de cause les hypertensions intracrâniennes idiopathies seront avancées. Un scanner ou une IRM permettront d'établir un diagnostic précis.

Dernier point, les manifestations cliniques commenceront par des céphalées frontales, mais aussi occipitales matinales. Elles seront intenses, parfois violentes, permanentes et pourront même progresser. Les manœuvres de Valsalva (voir Wiki) en seront un des principaux facteurs d'augmentation. Des vomissements, des crises comitiales ou d'épilepsie, comme des troubles visuels, et un bourdonnement d'oreilles seront d'autres symptômes.

Il faudra dans ce cas particulier d'hypertension, fait attention aux somnolences qui parfois pourront mener au coma en s'aggravant. L'aggravation la plus néfaste est l'engagement cérébral tout comme la cécité, notamment en conséquence de la compression d'un nerf optique (nerf VI).

Quelles sont les causes de l'hypertension ?

Des signes oculaires, des manifestations matinales et diastoliques, une fatigue émotionnelle, des maux de tête, une migraine, mais aussi des insomnies pourront être autant de signes de cette pathologie particulière. Une grossesse peut aussi en être la cause. Le café, le sel, la chaleur, le soleil, un nouveau régime, le stress, un œil qui lance, comme l'alcool et la fatigue nerveuse seront très souvent évoqués comme favorisants dans les diverses études.

Si les complications sont connues, le coronavirus pourra porter les hypertendus à risque en cas de Covid-19 (facteur de comorbidité). Les crises de tensions seront elles évocatrices d'un événement particulier comme le diabète, un problème de thyroïde, des insomnies, une insuffisance cardiaque, etc.

Par son assez multifactoriel, le patient (jeune ou vieux) devra aussi regarder le caractère héréditaire et intrafamilial de l'hypertension. Il sera important d'en discuter rapidement avec son médecin et avec son cardiologue dans la mesure où la tension reste aujourd'hui facilement prise en charge.

Les complications possibles de l'hypertension artérielle

De nombreuses complications existent, s'il a été en amont avancé les normes générales encadrant la pathologie crânienne, seront notées d'autres aspects pour la pathologie normative.

S'il est n'est pas une maladie, mais un facteur favorisant, demeurent de nombreuses conséquences. Les conséquences mécaniques donneront une rupture des vaisseaux, voire des hémorragies. Des conséquences sur la pompe cardiaque, mais aussi sur la formation plaques d'athérome.

Les complications cardiaques, rénales et neurologiques seront les plus nombreuses. L'hypertrophie du ventricule gauche, la fonction contractile du myocarde, une insuffisance coronaire, des modifications rétiniennes, voire des AVC (accident vasculaire cérébral hémorragique) seront évoqués. Il faut d'ailleurs préciser que l'OMS indique un risque chez l'hypertendu de 2 à 3 fois supérieur d'avoir un AVS en comparaison d'un individu lambda. La démence, comme de nombreuses rétinopathies, découlant d'une encéphalopathie hypertensive en cas d'HTA élevé seront aussi présentes. Dans tous les cas il faudra au plus vite traiter l'hypertension afin d'éviter toutes les possibles conséquences néfastes qui à terme entraînent un risque de morbidité plus élevé.

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Compris !